La Santé du dobermann2019-01-20T19:53:48-05:00

La Santé du Doberman

QUAND J’AI COMMENCÉE MES RECHERCHES ET DÉMARCHES POUR DEVENIR ÉLEVEURE, JE N’AVAIS AUCUNE IDÉE À QUEL POINT JE VENAIT D’OUVRIRE LA BOÎTE DE PANDORE. JE VOULAIS REVOIR DES CHIENS TRAVAILLANTS, ACTIFS ET ÉQUILIBRÉS. JE VOULAIS DES CHIENS PLUS EN SANTÉ, MAIS J’AI RAPIDEMENT COMPRIS QUE J’AURAIS A FAIRE BEAUCOUP PLUS DE RECHERCHES ET QUE JE DEVRAIS RECONSIDÉRER MON MODEL D’ÉLEVAGE.

TESTS DE SANTÉ RECOMMANDÉ PAR LE CHIC / OFA

Radiographies des hanches


Cardiaque : Échocardiogramme et Holter


Hypothyroïde


von Willebrand’s Diease


CERF examen des yeux par un ophtalmologiste

TESTS DE SANTÉ QUE JE FAIS

Radiographies des hanches


Radiographies des coudes


Cardiaque Échocardiogramme et Holter


Hypothyroïde


von Willebrand’s Diease


CERF examen des yeux par un ophtalmologiste


DCM1 possiblement relié à la cardiomyopathie dilatée du doberman


DCM2 possiblement relié à la cardiomyopathie dilatée du doberman


DM Degenerative Myelopathy


MDR1 ( Multidryg Sensitity )


DINGS Surdité associé a un dysfonctionnement vestibulaire


HC Cataractes Hériditaires


Gène de dilution de la robe


 Oculocutaneous Albinism ( Z FACTOR ALBINISME)

QUEL EST LE PROBLÈME?

Le doberman-pinscher d’aujourd’hui est-il en voie d’extinction? Cette race de chien de travail, jadis connu pour sa santé de fer et sa force, est maintenant affecté par une prévalence incroyablement élevée de maladies mortelles, telles que : le cancer, la cardiomyopathie dilatée (CMD ou DCM en anglais), le syndrome de Wobbler et l’hépatite (inflammation du foie) . Ce problème est la conséquence logique du grave déclin de la diversité génétique de la race. Par le passé, on a tenté d’éliminer ces maladies en faisant une sélection de gènes différents.
Or, ces tentatives ont abouti à une série d’échecs retentissants. Ce résultat s’explique par le manque de diversité dans les gènes et par l’inexistence d’instruments qui auraient pu permettre aux éleveurs de produire des portées ayant un plus faible taux de gènes homozygotes et un pourcentage plus bas de consanguinité (coefficient de consanguinité) que ceux de leurs chiens parents.

Au fil du temps, le patrimoine génétique du doberman s’est de plus en plus détérioré, conséquence de l’utilisation rampante des géniteurs populaires, des effets cumulatifs de la consanguinité non contrôlée (incluant la sélection familiale) et du goulot d’étranglement génétique dû aux Guerres mondiales et aux bouleversements politiques. Les dobermans d’aujourd’hui, qu’ils soient en Amérique, en Europe ou en Asie, présentent des bagages génétiques très similaires. Pour vous donner une idée, le Doberman Diversity Project a testé plus de 1400 chiens dans plus de 39 pays, ils ont découvert que dans cet échantillonage tous venaient de 17 femelles fondatrices et de seulement UN mâle fondateur.

Cette parenté génétique accentue la mutation génétique par le biais duquel les maladies génétiques mortelles se développent. Ces maladies sont très sérieuses et, souvent, il est impossible de les traiter ou de les guérir efficacement Les vétérinaires sont, depuis longtemps, désespérés lorsqu’ils reçoivent des Dobermans atteints d’une maladie génétique, car, souvent, il n’existe aucun traitement efficace pour guérir ou traiter ces maladies. Les propriétaires de chiens Doberman souffrent aussi depuis longtemps auprès de leur chien adoré, les voyant mourir prématurément ou subitement. Les éleveurs de Dobermans ont souvent déployé plusieurs efforts pour endiguer ces maladies, qui font la vie dure aux portées à des âges toujours plus précoces. Malgré ces efforts, cette race de chien de travail reconnu pour sa force et créé par Karl Friedrich Louis Dobermann fait face à un avenir incertain.

-Traduction du site The Doberman Diversity Project.

« LA PRÉVALENCE DE LA CARDIOMYOPATHIE DILATÉE (CMD) EST DE 58.2 %. LE DOBERMAN-PINSCHER MEURT SOUVENT SUBITEMENT.”

-MAUSBERG ET AL 2011.

LES PREUVES DE LA MAUVAISE SANTÉ GÉNÉTIQUE DU DOBERMAN D’AUJOURD’HUI FONT RÉFLÉCHIR :

  • Cancer. Les éleveurs de Dobermans à l’échelle mondiale sont d’avis que le cancer est la cause principale de décès de chien de cette race.

  • Cardiomyopathie dilatée (CMD ou DCM en anglais) : C’est une affection du muscle cardiaque qui entraine une dilatation du cœur, aboutissant à des contractions anormales. Les Dobermans qui souffrent de la CMD vivent en moyenne seulement 7,8 ans, soit 30 % moins longtemps que les chiens qui ont la chance de vivre sans cette maladie. Malheureusement, on estime à plus de 58 % le nombre de Dobermans qui reçoivent un diagnostic de CMD en Europe.

  • Hépatite chronique : L’hépatite est une inflammation du foie. Par rapport aux autres races, la proportion de Dobermans Pinschers touchés par des maladies du foie est beaucoup plus importante. Une étude menée en 2000 a révélé que parmi un échantillon de Dobermans choisis aléatoirement, 20 % souffraient d’hépatites sans signes cliniques et d’accumulations de cuivre dans le foie. Les maladies du foie sont difficiles à traiter, car cet organe joue le rôle central de métaboliser les toxines et de régulariser les enzymes du corps. Bien que le nombre de décès reliés à cette maladie est plus faible qu’avec la CMD, l’hépatite affecte grandement la qualité de vie.

  • Le syndrome de Wobbler : Le pourcentage de Dobermans touchés par le syndrome de Wobbler est de l’ordre de 5,5 %. Le syndrome de Wobbler est une maladie neurologique qui cause l’instabilité du cou (des vertèbres cervicales). Cette condition, appelée aussi communément spondylo-myélopathie, est extrêmement douloureuse si elle n’est pas traitée. Elle limite aussi dramatiquement le type de travail que le chien peut faire.

  • Degrés de croisements consanguins (COI) : Une récente étude réalisée au laboratoire de génétique de UC Davis a prouvé que la race était très peu diversifiée et qu’elle possédait un haut taux de croisements consanguins. Ces résultats étaient beaucoup plus graves que chez n’importe quelle autre race. Il n’est pas surprenant que les Dobermans présentent une plus faible variété de gènes responsables de l’immunité dans leur génome que les autres chiens. Les effets terribles des croisements consanguins non vérifiés et de l’étranglement génétique sont tels que l’avaient prédit les généticiens de la conservation. Les effets du coefficient de consanguinité toujours croissant commencent maintenant à se faire sentir chez les Dobermans à travers le monde.

POURQUOI REPRODUIRE DES CHIENS « PORTEURS » OU « AFFECTÉS » ?

Comme mentionné dans le texte si-haut, le pool génétique du dobermann est très restreint. Pour nous permettre une diversité nous devons évaluer toutes les possibilitées, dont celle de reproduire un chien qui est affecté/porteur d’un problème, mais qui reproduit avec un chien qui n’a aucune souche de ce même problème donc « Clear », donnera des chiots, « carrier » ou « clear », donc qui ne développeront pas la maladie en question. L’importance des tests génétiques est cruciale pour y arriver.

CE QUE NOUS NE POUVONS PAS GARANTIR :

CARDIOMYOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE DU DOBERMANN ( DCM)

Bien que plusieurs outils soient à notre disposition et que nous les utilisons, il nous est impossible de garantir que votre chien ne sera pas atteint de cette maladie. Je tiens aussi à vous dire que si un éleveur peut vous garantir le contraire à 100%, sauvez-vous en courant.

Il existe 2 marqueurs génétiques qui ont attiré l’attention des chercheurs au cours des dernières recherches sur cette maladie (DCM1 et DCM2), pourtant certains chiens n’ayant aucune souche de ces deux gènes sont décédés de la Cardiomyopathie. D’autres qui étaient positifs à ces marqueurs sont décédés à un âge vénérable et d’un autre problème. Plus nous essayons de percer cette maladie, plus nous réalisons qu’en réalité nous ne savons rien.

Une bonne nouvelle est que les laboratoires Embark en collaboration avec le Doberman Diversity Project viennent d’engager un cardiologue uniquement pour notre projet et en charge de trouver de nouveaux marqueurs.

NOS OUTILS POUR PRÉVENIR LE DCM

  • Holter annuel

  • Échocardiogramme annuel

  • Étude du pedigree

  • Tests D’ADN ( DCM1 et DCM2)

  • Reproduire des chiens qui ont une bonne longévité familiale

 

SYNDRÔME DE WOBBLER

Il n’existe pas pour le moment de tests pour prévenir le Wobbler, le seul outils que nous avons est de ne pas reproduire un chien qui en est atteint ou qui a un historique famillial de Wobbler. Selon nos recherches et communications avec les éleveurs et propriétaires des chiens dans nos pedigree, il n’y en aurais pas. ( il faut par contre se fier à leur bonne volontée de divulguer l’information )

VIDÉO ÉDUCATIF SUR LE SYNDRÔME DE WOBBLER
( EN ANGLAIS )

References
Mausberg TB, Wess G, Simak J, Keller L, Drogemuller M, Drogemuller C, Webster MT, Stephenson H, Dukes-McEwan J, Leeb T: A locus on chromosome 5 is associated with dilated cardiomyopathy in doberman pinschers. PLoS One. 2011, 6 (5): e20042-10.1371/journal.pone.0020042.

P.J.J. Mandigers , T.S.G.A.M. van den Ingh , B. Spee , L.C. Penning , P. Bode & J. Rothuizen (2004) Chronic hepatitis in Doberman pinschers. A review, Veterinary Quarterly, 26:3, 98-106, DOI: 10.1080/01652176.2004.9695173

Genetic Diversity Testing for Doberman Pinschers. (n.d.). Retrieved November 19, 2016, from https://www.vgl.ucdavis.edu/services/dog/GeneticDiversityInDoberman.php